Séquence en Histoire

Une activité en semi autonomie plutôt qu’un cours inversé pour commencer :

La raison la plus simple pour ce choix est que les élèves et moi-même avions besoin de nous familiariser avec l’outil (et en plus, pour la gestion de la salle elle-même : NetSupportSchool).

Un premier bilan donc sachant que tout ceci est largement perfectible.

Chapitre introductif

Les Européens dans la population mondiale

Jacob Riis : photographe des bas-fonds New-Yorkais à la fin du 19è siècle.

 Objectif principal pour tous les élèves : replacer la vie et le travail de ce photographe dans le contexte de l’histoire des migrants européens aux États-Unis

L’image choisie est celle que les élèves peuvent retrouver dans leur manuel, mais le questionnement diffère puisque les tablettes permettent des progressions différenciées dans l’analyse et la découverte du thème. Ce n’est pas non plus à proprement parler de l’histoire des arts. L’introduction de liens dans One Note permet de réaliser véritablement un cheminement (interne à la section One Note et externe avec un lien vers le site d’une université américaine).

histoire leblanc

Une consigne avec une case à cocher apparaît sous l’image (description précise). Les consignes sont toutes délivrées de la sorte (case à cocher et casse de caractère différente).

 

Le cheminement interne à la section One Note

 

Le lien conduit vers une courte biographie de Riis (située dans une nouvelle page et accessible également par le menu de la section dans le volet de droite) dans laquelle les élèves trouvent également des liens. En cliquant dessus ils peuvent récupérer les éléments pour répondre aux questions à propos du photographe.

1. Pour quelle raison Riis a-t-il été particulièrement sensible à la situation des migrants aux États-Unis ?

  1. Complétez le portrait de Riis avec quelques éléments du lien « Les rues et les taudis de New York ».
  1. D’où vient la majorité des migrants à l’époque où Riis fait ses reportages ?
  1. Après avoir lu attentivement le texte et suivi les liens proposés, montrez comment Riis a pu avoir une influence sur l’opinion publique américaine.

Deux possibilités qui permettent de différencier l’approche dans la conduite du travail s’offrent alors.

En effet, souvent, dans la conduite de la classe, sur ce type d’exercice en semi-autonomie, le rythme tenu dans l’interactivité avec le professeur ne convient pas à tous (soit trop lent, soit trop rapide). A moins d’avoir prévu plusieurs portes de sortie il n’est pas possible de laisser des élèves en attente (on reprend souvent, on tempère etc.).

Objectif 1. Ici toutes les questions ont des éléments de réponse dans l’ensemble des pages de la section et le petit texte proposé, et un simple prélèvement / compréhension d’informations sur les documents permet d’affiner le travail. Tous les élèves qui s’engagent dans la lecture des textes peuvent mener à bien le travail et aboutir à une trace écrite commune à tous – soit reprise, soit encore partagée par le réseau.

Objectif 2. Pour les questions 2 et 4 de l’exemple ci-dessus, deux des liens renvoient vers :

– 1. Une page de la section purement informative sur la naissance du photojournalisme

– 2. Un texte extrait du livre de Riis et en américain donne quelques informations supplémentaires sur le travail du photographe (qui est aussi journaliste). Tout le vocabulaire est donné en notes. Tous peuvent le lire avec le niveau d’anglais de seconde.

– 3. Un lien vers une université américaine présente de nombreuses images et une réflexion plus dense sur le travail de Riis. Il offre suffisamment de références pour développer la question 2 et la question 4.

Tous les liens permettent de naviguer dans la section One Note, d’une page à l’autre, ils permettent donc aux élèves de comprendre que l’on construit un cheminement dans l’analyse d’une image, d’un thème.

Bilan pour cette étude :

– Tous les élèves ont atteint l’objectif principal qui était de donner les traits caractéristiques de la plupart des migrants européens vers les États-Unis ainsi que leur condition d’accueil

– Tous ont fait connaissance avec la personnalité de Jacob Riis

– Tous ont intégré sans hésitation le document en anglais proposé, sans même se poser la question du « niveau », de la même manière que j’ai pu le pratiquer en HG Européen (Allemand). Le document quelle que soit sa langue devient une source d’information.

En l’occurrence il n’y a pas « d’étrangeté » à un document en langue anglaise dans une étude numérique à condition d’en avoir les clés évidemment.

Première étape de l’autonomie: initiation à la recherche documentaire

Dans le cadre de l’expérimentation, on a choisi d’aider les élèves dans la découverte des ressources à leur disposition. Pour ce faire, dès la deuxième semaine, la classe a suivi une formation à la recherche documentaire avec les enseignants documentalistes.

Grâce à l’expertise de mes collègues,nous avons pu apprendre aux élèves à travailler à l’aide de mots-clés dans le moteur de recherche du CDI, mots-clés qu’ils ont pu réutiliser dans leur recherche sur Internet. Elles ont, en effet, construit un parcours de formation qui guide les élèves dans le questionnement autour du sujet de recherche pour faire émerger ces mots-clés grâce à une utilisation pertinente des dictionnaires et encyclopédies. Cette formation les conduit ensuite à comprendre comment fonctionne un moteur de recherche sur Internet pour enfin les amener à se questionner sur les sources des éléments trouvés lors de leur recherche.

L’objectif a été de les confronter tout de suite aux questions liées à la pertinence de l’information et aux problèmes liés à son exploitation.

Les élèves ont donc, dès le début de leur utilisation des tablettes, appris à se questionner sur la fiabilité d’un site Internet, à se familiariser avec la notion de source de l’information (notamment en ce qui concerne les encyclopédies collaboratives comme Wikipédia). Cette réflexion sur la pertinence et la fiabilité des sources a été facilitée par l’accès aux documents du CDI sur lesquels les élèves ont dû travailler en priorité avant d’aller consulter Internet.

Cette première étape a été, pour moi, nécessaire et particulièrement importante car pour pouvoir faire travailler les élèves en autonomie, ils devaient être capables de faire des recherches sur Internet pertinentes. L’utilisation des tablettes et la pratique d’une pédagogie différenciée les conduit ainsi à réinvestir en permanence les compétences mises en œuvre dès cette première séquence de cours, compétences qui leur seront absolument nécessaires tout au long de leur parcours de lycéen, notamment pendant l’année de première et pendant la réalisation des TPE, et de leur vie de citoyen.

Trouver des informations pertinentes pour répondre à une question

A l’heure du web 3.0, où les connaissances encyclopédiques sont de plus en plus accessibles, à tous et en temps réel, grâce aux Smartphones, Tablettes, et autres objets connectés, la question n’est plus simplement de « savoir » ou de « connaître l’information ». Il s’agit surtout de savoir où et comment la chercher, puis comment sélectionner les éléments pertinents pour répondre à la question et se les approprier pour pouvoir les exploiter dans différents contextes. Cependant, il faut aussi que l’élève soit capable, à tous les instants de la recherche documentaire, de faire preuve d’esprit critique face à ce qu’il trouve, qu’il ait ce « soupçon légitime » face aux sources qu’il consulte pour en interroger la fiabilité et la pertinence.

Par ailleurs, l’information peut être accessible mais il faut déjà avoir envie de la chercher. « Il ne suffit pas que des ressources soient là pour que le jeune apprenne, nous rappelle Bruno Devauchelle »[1]. L’enseignant change donc de place, il n’est plus l’unique transmetteur du savoir mais son rôle reste central pour conduire les élèves à se questionner sur le monde qui les entoure puis sur ce qu’ils découvrent dans leur activité de recherche.

L’autonomie n’est pas un travail solitaire, déconnecté des ambitions d’acquisition d’un savoir collectif et commun mais davantage la prise en charge de la recherche du savoir par l’élève lui-même dans un parcours qui doit le guider dans le « fouillis » du savoir universel et lui permettre de l’appréhender avec recul et intérêt.

[1] Citation extraite d’un article du Café Pédagogique, « Numérique et autonomie », http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/05/23052014Article635364072150878736.aspx, consulté le 1 novembre 2014.