Quelques liens en passant sur le projet

Quelques liens sur lesquels vous pouvez retrouver des informations sur le projet (en français et en anglais)

https://borntolearn.mslearn.net/microsoft_it_academy/b/weblog/archive/2015/02/02/january-educast-recap-educators-share-insights-into-flipped-classrooms

à suivre

Publicités

Une vidéo sur le projet

Nous avons eu la chance d’accueillir dans notre classe, depuis le début de l’année, de nombreux visiteurs: enseignants, inspecteurs, chefs d’établissement et une équipe de Microsoft qui a réalisé une vidéo.

Celle-ci permet de visualiser en quelques minutes ce que nous faisons dans notre classe.

N’hésitez pas à aller la voir et à nous écrire pour nous dire ce que vous en pensez.

Site de Microsoft : http://www.microsoft.com/France/references/fiche-temoignage.aspx?eid=fa6a0d8e-2e16-4efa-bec1-1a4bfe7e2589

Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=cImANVY-JAg&feature=youtu.be

Séquence en Histoire

Une activité en semi autonomie plutôt qu’un cours inversé pour commencer :

La raison la plus simple pour ce choix est que les élèves et moi-même avions besoin de nous familiariser avec l’outil (et en plus, pour la gestion de la salle elle-même : NetSupportSchool).

Un premier bilan donc sachant que tout ceci est largement perfectible.

Chapitre introductif

Les Européens dans la population mondiale

Jacob Riis : photographe des bas-fonds New-Yorkais à la fin du 19è siècle.

 Objectif principal pour tous les élèves : replacer la vie et le travail de ce photographe dans le contexte de l’histoire des migrants européens aux États-Unis

L’image choisie est celle que les élèves peuvent retrouver dans leur manuel, mais le questionnement diffère puisque les tablettes permettent des progressions différenciées dans l’analyse et la découverte du thème. Ce n’est pas non plus à proprement parler de l’histoire des arts. L’introduction de liens dans One Note permet de réaliser véritablement un cheminement (interne à la section One Note et externe avec un lien vers le site d’une université américaine).

histoire leblanc

Une consigne avec une case à cocher apparaît sous l’image (description précise). Les consignes sont toutes délivrées de la sorte (case à cocher et casse de caractère différente).

 

Le cheminement interne à la section One Note

 

Le lien conduit vers une courte biographie de Riis (située dans une nouvelle page et accessible également par le menu de la section dans le volet de droite) dans laquelle les élèves trouvent également des liens. En cliquant dessus ils peuvent récupérer les éléments pour répondre aux questions à propos du photographe.

1. Pour quelle raison Riis a-t-il été particulièrement sensible à la situation des migrants aux États-Unis ?

  1. Complétez le portrait de Riis avec quelques éléments du lien « Les rues et les taudis de New York ».
  1. D’où vient la majorité des migrants à l’époque où Riis fait ses reportages ?
  1. Après avoir lu attentivement le texte et suivi les liens proposés, montrez comment Riis a pu avoir une influence sur l’opinion publique américaine.

Deux possibilités qui permettent de différencier l’approche dans la conduite du travail s’offrent alors.

En effet, souvent, dans la conduite de la classe, sur ce type d’exercice en semi-autonomie, le rythme tenu dans l’interactivité avec le professeur ne convient pas à tous (soit trop lent, soit trop rapide). A moins d’avoir prévu plusieurs portes de sortie il n’est pas possible de laisser des élèves en attente (on reprend souvent, on tempère etc.).

Objectif 1. Ici toutes les questions ont des éléments de réponse dans l’ensemble des pages de la section et le petit texte proposé, et un simple prélèvement / compréhension d’informations sur les documents permet d’affiner le travail. Tous les élèves qui s’engagent dans la lecture des textes peuvent mener à bien le travail et aboutir à une trace écrite commune à tous – soit reprise, soit encore partagée par le réseau.

Objectif 2. Pour les questions 2 et 4 de l’exemple ci-dessus, deux des liens renvoient vers :

– 1. Une page de la section purement informative sur la naissance du photojournalisme

– 2. Un texte extrait du livre de Riis et en américain donne quelques informations supplémentaires sur le travail du photographe (qui est aussi journaliste). Tout le vocabulaire est donné en notes. Tous peuvent le lire avec le niveau d’anglais de seconde.

– 3. Un lien vers une université américaine présente de nombreuses images et une réflexion plus dense sur le travail de Riis. Il offre suffisamment de références pour développer la question 2 et la question 4.

Tous les liens permettent de naviguer dans la section One Note, d’une page à l’autre, ils permettent donc aux élèves de comprendre que l’on construit un cheminement dans l’analyse d’une image, d’un thème.

Bilan pour cette étude :

– Tous les élèves ont atteint l’objectif principal qui était de donner les traits caractéristiques de la plupart des migrants européens vers les États-Unis ainsi que leur condition d’accueil

– Tous ont fait connaissance avec la personnalité de Jacob Riis

– Tous ont intégré sans hésitation le document en anglais proposé, sans même se poser la question du « niveau », de la même manière que j’ai pu le pratiquer en HG Européen (Allemand). Le document quelle que soit sa langue devient une source d’information.

En l’occurrence il n’y a pas « d’étrangeté » à un document en langue anglaise dans une étude numérique à condition d’en avoir les clés évidemment.

Pourquoi avoir choisi des tablettes hybrides fonctionnant sous Windows 8.1?

L’utilisation la plus fréquente des tablettes dans l’enseignement est celle d’un complément ludique du cours. Or, il apparaît que l’informatique est, à l’heure actuelle, une partie essentielle du travail quotidien de tout citoyen. Nous avons donc voulu tenter d’intégrer le numérique dans le cœur de notre enseignement. Sans nier l’aspect ludique, nous avons souhaité faire des technologies de l’information et de la communication de véritables outils de travail intégrés au déroulement quotidien des séances de travail scolaire. Il s’agit donc de développer des savoir-faire et des pratiques raisonnées et pertinentes du numérique qui nourrissent et complètent la réflexion et l’acquisition de compétences et de connaissances dans chacune des disciplines enseignées et notamment du français.

La tablette hybride permet d’utiliser à la fois toutes les ressources d’une tablette (vidéo, son, applications) et toutes celles d’un ordinateur portable (logiciels de bureautique). De plus, les tablettes hybrides permettent l’utilisation du stylet et la reconnaissance de l’écriture numérique.

Le choix de Windows a été lié à la volonté d’utiliser le logiciel OneNote, le seul logiciel permettant de créer un véritable classeur numérique dans lequel il est possible d’intégrer du son, de la vidéo, du texte, des images, du PDF, de l’écriture tapuscrite et manuscrite et de la reconnaissance de caractères (même en mathématiques), des tableaux Excel, des diaporamas PowerPoint,… OneNote permet ainsi de remplacer le classeur physique de l’élève, son cahier d’exercices, son cahier de brouillon et permet de créer des ressources pédagogiques. On pourrait envisager à terme que ce logiciel devienne le support de manuels numériques.

Enfin, ces choix ont été également conditionnés par la possibilité d’une synchronisation du classeur de l’élève avec celui de l’enseignant. Ainsi, toutes modifications du classeur par l’élève apparaissent, quasiment en temps réel, sur l’ordinateur ou la tablette de l’enseignant qui peut consulter, modifier et par là-même réorienter à tout instant le travail de l’élève en classe ou à la maison.

Ces choix semblent particulièrement pertinents car ils écartent, en partie, les problèmes liés à la question du besoin d’écrire à la main pour mémoriser une notion. Ils permettent aux élèves de choisir la façon dont ils veulent réaliser leurs exercices, à la main ou au clavier. Notre expérimentation a d’ailleurs montré que certains élèves sont très gênés par l’emploi du clavier et le passage au stylet leur a permis de travailler dans les mêmes conditions que sur papier tout en ayant la possibilité d’avoir recours à d’autres ressources informatiques.

Utiliser le correcteur orthographique de Word 2013

Cette expérimentation a été menée sur une heure, en accompagnement personnalisé, le jeudi 6 novembre 2014.

Le document suivant a été distribué aux élèves par NSS (NetSupportSchool) (on aurait également pu le rendre accessible sur l’ENT de l’établissement):

activité correcteur orthographique

Déroulement:

  • Les élèves prennent connaissance du document et complètent le tableau
  • En commun, on observe ensuite les propositions du logiciel sur chaque faute d’orthographe ou de grammaire
  • On essaye de définir les modalités du choix à faire entre les différentes propositions faites par le logiciel
  • on observe ensuite les erreurs non signalées et on essaye de comprendre comment le logiciel effectue l’analyse syntaxique des phrases
  • Bilan

Les objectifs de cette activité sont pluriels :

  • Comprendre le fonctionnement du correcteur orthographique et notamment repérer que certaines erreurs sont signalées par un soulignement de couleur (bleu ou rouge).
  • Comprendre le sens de ces couleurs : bleu-grammaire, rouge-orthographe.
  • Repérer les fautes non signalées par le correcteur visuel
  • Utiliser la révision Orthographe-Grammaire avancée pour obtenir des compléments d’information sur les fautes signalées.
  • Mener une véritable réflexion linguistique à partir des propositions du logiciel.

Un exemple intéressant :

  • Cas de la phrase: « Il se peut qu’il est oublié ses médicaments ».
  • Proposition du logiciel « est » à modifier par « soit ».
  • Explication: Dans certains contextes syntaxiques, l’emploi du subjonctif est nécessaire. Quelques exemples sont proposés.

Le correcteur indique à l’élève la présence d’une faute de grammaire et surtout la nécessité d’employer le subjonctif dans certains contextes syntaxiques. Cependant, il ne comprend pas le sens de la phrase et il se contente de proposer le verbe « être » au subjonctif, et non l’auxiliaire « avoir », ce qui produit, après la modification, une phrase qui demeure erronée.

L’élève peut ainsi se rendre compte de sa propre erreur : par sa pratique de la langue, il sait que phonétiquement, il faut le son « é » devant le participe passé « oublié ». Avec l’aide du logiciel, il comprend qu’il faut employer le subjonctif et il peut ainsi constater que quand il écrit « il se peut qu’il est oublié ses médicaments », il se trompe en réalité de mode mais également, comme le logiciel, d’auxiliaire.