Utiliser le correcteur orthographique de Word 2013

Cette expérimentation a été menée sur une heure, en accompagnement personnalisé, le jeudi 6 novembre 2014.

Le document suivant a été distribué aux élèves par NSS (NetSupportSchool) (on aurait également pu le rendre accessible sur l’ENT de l’établissement):

activité correcteur orthographique

Déroulement:

  • Les élèves prennent connaissance du document et complètent le tableau
  • En commun, on observe ensuite les propositions du logiciel sur chaque faute d’orthographe ou de grammaire
  • On essaye de définir les modalités du choix à faire entre les différentes propositions faites par le logiciel
  • on observe ensuite les erreurs non signalées et on essaye de comprendre comment le logiciel effectue l’analyse syntaxique des phrases
  • Bilan

Les objectifs de cette activité sont pluriels :

  • Comprendre le fonctionnement du correcteur orthographique et notamment repérer que certaines erreurs sont signalées par un soulignement de couleur (bleu ou rouge).
  • Comprendre le sens de ces couleurs : bleu-grammaire, rouge-orthographe.
  • Repérer les fautes non signalées par le correcteur visuel
  • Utiliser la révision Orthographe-Grammaire avancée pour obtenir des compléments d’information sur les fautes signalées.
  • Mener une véritable réflexion linguistique à partir des propositions du logiciel.

Un exemple intéressant :

  • Cas de la phrase: « Il se peut qu’il est oublié ses médicaments ».
  • Proposition du logiciel « est » à modifier par « soit ».
  • Explication: Dans certains contextes syntaxiques, l’emploi du subjonctif est nécessaire. Quelques exemples sont proposés.

Le correcteur indique à l’élève la présence d’une faute de grammaire et surtout la nécessité d’employer le subjonctif dans certains contextes syntaxiques. Cependant, il ne comprend pas le sens de la phrase et il se contente de proposer le verbe « être » au subjonctif, et non l’auxiliaire « avoir », ce qui produit, après la modification, une phrase qui demeure erronée.

L’élève peut ainsi se rendre compte de sa propre erreur : par sa pratique de la langue, il sait que phonétiquement, il faut le son « é » devant le participe passé « oublié ». Avec l’aide du logiciel, il comprend qu’il faut employer le subjonctif et il peut ainsi constater que quand il écrit « il se peut qu’il est oublié ses médicaments », il se trompe en réalité de mode mais également, comme le logiciel, d’auxiliaire.

Publicités