Une classe à géométrie variable

Individualiser, personnaliser ou différencier le travail pour chaque élève de la classe demande beaucoup d’organisation. L’avantage de l’utilisation des tablettes pendant le cours est de pouvoir mettre à disposition tous les exercices nécessaires d’un seul coup. De plus, d’une séance à l’autre, les élèves peuvent poursuivre leur travail individuel sans difficulté puisque l’on élimine complètement tous les problèmes d’oublis de matériel du côté de l’élève comme de celui du prof.

Afin de faciliter le travail individuel, j’ai décidé d’instituer un fonctionnement en groupes ou îlots de compétences:

  • Le premier groupe appelé « Le chef est parti » est constitué d’élèves que je pense ou qui se pensent aptes à faire l’exercice sans aide de ma part. Ce groupe doit réaliser des exercices d’approfondissement ou des activités qui peuvent être périphériques au cours et à la notion abordée.
  • Le second groupe appelé « Panier garni » est constitué d’élèves qui ont compris la notion mais qui doivent encore préciser des éléments dans les connaissances ou compétences à acquérir. Ils travaillent nécessairement en binôme et ont le droit, après avoir cherché par eux-mêmes, de me consulter sur l’exercice dit de consolidation.
  • Le troisième groupe appelé « Ronde des plats » travaille avec moi. Ils n’ont pas compris ou ne sont pas encore capables de réinvestir la notion dans un exercice. Nous faisons un travail de remédiation ensemble avant de faire l’exercice de consolidation.

Ces trois groupes sont variables, ils dépendent de chaque notion. Ainsi, un élève peut avoir besoin de mon aide au moment où l’on aborde la double énonciation au théâtre et avoir parfaitement compris le registre tragique. Il figurera donc dans le troisième groupe lors d’une première séance ou d’un premier temps de séance et ira dans le premier ou second groupe à la séance suivante ou pour la fin d’une même séance. L’idée de cette géométrie variable est de rendre l’enseignant le plus disponible possible pour aider les élèves dans leur apprentissage et les guider au moment où ils en ont besoin. Cela permet également de faire, et c’est le constat de toutes les personnes qui ont pu assister en spectateurs à un cours, que tous les élèves travaillent tout le temps. Il n’y a pas de temps mort ou d’élève qui a la possibilité de se laisser endormir car il attend que ses camarades aient terminé leur partie du travail ou parce qu’il ne comprend plus le cours.

Du côté de l’enseignant:

Cela suppose que l’enseignant ait construit ces différents chemins de traverse qui vont être proposés aux élèves:

  • des exercices obligatoires, passages obligés qui permettent de dessiner les contours des attentes et des enjeux du cours.
  • des exercices de consolidation qui vont permettre aux élèves de revenir sur la notion abordée dans l’exercice obligatoire avec des éléments pour les aider
  • des exercices d’approfondissement ou des activités périphériques pour permettre aux élèves d’aborder la notion sous un angle différent ou d’élargir leurs connaissances dans un domaine particulier. Il ne s’agit pas ici de faire que les bons élèves traitent forcément la notion plus en profondeur, mais qu’ils démontrent leur maîtrise du cours par son investissement dans un cadre différent.

Cela suppose également des outils qui permettent de faire un diagnostic fréquent des acquis des élèves:

  • les exercices obligatoires qui se synchronisent sur mon classeur me permettent de faire ce premier diagnostic
  • le logiciel NetSupportSchool me permet d’envoyer sur les tablettes des élèves des tests flash, réalisés en quelques minutes et instantanément corrigés
Publicités

Auteur : fannyegger

Professeure agrégée de Lettres Modernes, enseignante au lycée Henri Parriat de Montceau-les-Mines, Saône-et-Loire, Bourgogne, France.

2 réflexions sur « Une classe à géométrie variable »

    1. En réalité peu de temps. Je prends du temps au début de ma séquence pour construire les pages du classeur qui vont être nécessaires puis pour organiser son déroulement. Je prévois donc tous les exercices obligatoires, de consolidation et d’approfondissement à ce moment-là. Je peux en ajouter à tout moment. Après, il s’agit de faire de la gestion. Je m’oblige à consulter les classeurs des élèves deux fois par semaine pour déterminer les groupes et leur indiquer les pages qu’ils doivent consulter ou les exercices qu’ils doivent faire mais tout est déjà disponible dans le classeur. Il me faut en moyenne une demi-heure par semaine pour construire un test sur NetSupportSchool et une heure à une heure et demi par semaine pour consulter leur classeur. Je passe plus de temps actuellement à construire ce blog…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s