Exploiter les corrections pour progresser

Expérience menée le jeudi 13 novembre 2014

Lors d’une séance d’accompagnement personnalisé, j’ai souhaité montrer aux élèves l’intérêt des corrections interactives fournies dans le classeur. Nous avions précédemment travaillé sur un texte théâtral, la déclaration d’amour de Phèdre à Hippolyte, dans la pièce éponyme de Racine. Les élèves avaient eu à répondre à plusieurs questions que nous avions pris un temps pour corriger en commun.

Pendant la séance d’AP, je leur ai distribué une correction beaucoup plus complète qui associe éléments textuels (la rédaction complète des réponses aux questions), iconographiques (un tableau représentant Thésée dans le labyrinthe du Minotaure) et des éléments audio (des compléments ou des explications orales que j’ai enregistrées très simplement avec le logiciel OneNote). J’ai demandé aux élèves de relire le texte en question, puis de consulter la correction et d’écouter les documents sonores en prenant des notes sur leur classeur numérique. Puis, dans un second temps, je leur ai demandé de réfléchir aux questions que l’on pourrait leur poser à partir de l’étude de ce texte et de cette correction. Ensuite, je leur ai demandé d’indiquer ce qu’ils n’avaient pas compris à l’issue de cette correction. Et enfin, ils devaient me dire s’ils voyaient une différence entre cette correction et la première que nous avions menée ensemble.

Compris/ Pas compris:

  • Sur 28 élèves, 1 seule affirme n’avoir pas tout compris de la relation entre les différents personnages, 2 disent avoir encore des difficultés sur le texte.
  • Tous les autres affirment avoir mieux cerné le texte et le mythe de Thésée qui permettait de comprendre le déroulement de la déclaration amoureuse.

Avantages:

  • Tous affirment que ce type de correction leur semble plus utile car elle peut être réécoutée plusieurs fois, elle est plus complète, elle est toujours accessible.
  • Une élève écrit « c’est comme un cours particulier », un autre « j’ai l’impression d’avoir eu le temps de comprendre ».

Anticipation des questions:

  • Peu d’élèves sont capables, en début d’année, d’anticiper les questions que l’enseignant va pouvoir poser sur le cours qui a été fait. Les questions qu’ils formulent sont trop souvent anodines et s’attachent à des détails de la correction. Ils ne cernent pas les enjeux du cours.
  • Une seule élève pose des questions qui sont vraiment pertinentes.

Bilan:

  • Dans cette séance, j’ai obligé les élèves à faire ce travail de retour sur la correction en vue d’une exploitation ultérieure dans un devoir. Je pense continuer à faire cet exercice en cours jusqu’à ce que les élèves s’approprient cette démarche dont ils ont déjà perçu la pertinence.
  • Je vais retravailler avec eux sur les questions posées pour les aider à formuler plus précisément et de façon plus pertinente ce qui est essentiel dans les corrections apportées et qui peut devenir l’objet d’une interrogation.
Publicités

Auteur : fannyegger

Professeure agrégée de Lettres Modernes, enseignante au lycée Henri Parriat de Montceau-les-Mines, Saône-et-Loire, Bourgogne, France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s